L'Affaire Bernier ou l'Affaire Fortier ?

Publié le par Stéphane Gendron

L'Affaire Bernier est close non pas à cause de Julie Couillard mais plutôt par défaut de compétence. Tôt ou tard, le Ministre Bernier aurait été remanié ailleurs. Cette fois-ci, il a été remanié chez-lui. La descente est beaucoup plus brutale. À l'époque, tout le monde sur la scène nationale avait été surpris de son élection pour les Conservateurs. Obscur Ministre de l'Industrie, il fallait une limousine en Beauce et au Québec, d'autant plus que papa Gilles avait flirté avec le parti avait de siéger indépendant. Nommé Ministre de l'Industrie - un poste junior au sein du Cabinet fédéral - on n'avait vaguement entendu parler de lui, sauf dans un dossier de déréglementation qui s'était déroulé "sans gaffe". Pendant ce temps, Peter MacKay faisait rire de lui à titre de caniche de Condoleezza Rice, surtout lors d'une conférence à Rome où il avait passé pour le porteur de valise des américains. Pas étonnant lorsque l'on constate que Harper avait lui-même la réputation de nez brun de Bush 43 (43è Président à ne pas confondre avec son père, Bush 41). Harper s'intéresse plus à l'histoire du hockey canadien et au fondamentalisme religieux qu'à la scène internationale.

L'Affaire Bernier, c'est un peu comme l'Affaire Fortier, cet Ex-Délégué Général du Québec à New York. Une autre personne qui a mal digéré ses fonctions de diplomate.

Dans les deux cas, les responsables de ces gaffes sont les Premiers Ministres qui ont mal choisi.

Qui aurait cru deux secondes que Maxime Bernier ait les connaissances et les habiletés pour être chef de la diplomatie étrangère du Canada. Pas étonnant - me direz-vous - lorsque l'on succède à pire que soi - Peter MacKay. Voilà deux individus avec bien peu de compétences pour une telle fonction.

Une ascension trop haute et trop rapide. Personne n'est à l'abri d'une telle gaffe du patron.

Julie Couillard, c'est du bonbon pour les journalistes...

Stéphane Gendron

Publié dans huntingdon

Commenter cet article

Dedy 29/05/2008 23:32

@ Guy.Quel pédant personnage vous êtes. M. Gendron a été très bienveillant de vous répondre.  Il a tout à fait raison dans ses critiques réfléchies. Cessez donc de lui chercher des poulx.

Guy 28/05/2008 18:02

Ce qui m'amuse, c'est que M. Gendron ne cesse de mepriser les autres journalistes (Martineau, la blonde dont j'oublie le nom, et j'en passe).  Il les traite d'incompetents qui ne font pas leur travail - il a meme deja souligne les fautes d'orthographes et de syntaxe de Martineau, si je me souviens bien.  Pourtant, les fautes pullulent dans ses textes.  Son precedent texte sur la BRAVOUR des soldats americains est un bon exemple - bravourE prend un e.  Tout le monde sait ca, meme un enfant du primaire - on pourrait croire qu'un ex-avocat aurait deja vu le mot dans sa vie.Aujourd'hui, il ecrit plutot que Bush est le 34e President.  Bien entendu, quiconque suit la politique americaine un tant soit peu sait bien que Bush est le 43e President et que son pere fut le 41e (pas le 31e).  Il n'y a eu qu'un seul President entre les Bush et ce fut Clinton - je ne vois pas qui d'autre M. Gendron a imagine puisqu'il insere un autre President entre les 2 (de 31e a 34e).  Qui donc fut President M. Gendron entre les 2 Bush?  Je suis tres curieux.  Une simple recherche Google donne la reponse.Le but ici n'est pas de prendre M. Gendron en defaut.  Tout le monde fait des erreurs et tous a le droit a l'erreur.  C'est seulement que M. Gendron passe son temps a administrer des blames et traiter tout un chacun d'incompetent.  Pourtant, il devrait regarder dans sa cour et voir qu'il fait regulierement les erreurs qu'il denonce avec vehemence chez les autres.  Quand on vit dans une maison de verre...

Stéphane Gendron 29/05/2008 13:12


Oui, vous avez raison et je vous remercie. Ma dyslexie des chiffres, désolé. Mais je n'ai jamais eu de problème à avouer mes erreurs, contrairement aux fendants du milieu. Ce que je dénonce chez
Martineau et Maréchal, c'est le fast food de leur opinion sur tout et sur rien. Lisez Martineau ce matin et vous constaterez que l'analyse est complètement loufoque. Nommer Bernier parce qu'il
était beau et blond, ça fait con comme analyse supposément sérieuse. La nomination d'un ministre ne repose pas sur un critère physique mais sur des considérations régionales, politiques, de
compétences, et de liens particuliers. C'est vraiment méconnaître le milieu pour dire de tels propos.

Quant aux fautes qui pullulent, vous exagérez passablement. Dans votre message, j'ai dénombré les fautes suivantes:

"mepriser" (sans accent) Ah ! Votre clavier anglais, je m'excuse ! Et tous les autres mots sans accent. Vous n'avez sans doute pas accès à la technologie du clavier francophone, comme moi qui
travaille à 60% de mon temps en anglais et qui dérape quelques fois sur l'orthographe. Je vous excuse, bien évidemment.

Aussi, vos accords sont à surveiller, comme cette phrase:

"... et tous a le droit a l'erreur" (sic) au lieu de "...et tous ont le droit à l'erreur."

Quand même, une faute par texte est largement au-dessus de la moyenne, même dans la presse traditionnelle écrite qui bénéficie de correcteurs attitrés. Mais vous ne m'en voyez pas frustré, j'espère
que vous non plus. Merci pour vos commentaires. Stéphane Gendron


Mathieu 28/05/2008 15:53

J'aime la photo !