Merci et Bonne Année 2009 à tous!

Publié le par Stéphane Gendron

Quelques mots pour vous remercier de votre participation à ce Blog. Depuis sa création en 2007, près de 1 000 000 de pages visitées et des centaines de milliers de visiteurs uniques. MERCI.

Souhaitons-nous une année 2009 exceptionnelle, avec une pensée toute particulière pour nos frères et soeurs de la Palestine qui débutent cette année dans la douleur et le malheur, sans oublier ces autres Peuples de la Terre qui sont déchirés un peu partout - pris au beau milieu de la tyrannie humaine et à la merci de leaders fous.

Dans la réalité de notre confort, nous avons tendance à oublier la chance et le privilège que nous avons tous.

Sincèrement,

Stéphane, Nathalie, Virginie, William et Clothilde.

Nakba...

Publié dans huntingdon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laurence d'ashdod 14/01/2009 12:37

bravo monsieur jean luc proux c 'est tellement rare de voir quelqu'un prendre notre defense et surtou qui ne se voile pas la face qui ose dire ce que tous les dirigants pensent tout bas. Qui dans ce monde oserait mettre en doute que e hamas n'est pas une organisation terroriste qui voudrait eradiquer israel et qui ne vet certainnement pas d'un processus de paix. quand a vous stephane gendrons vous ne connaissez rien a l'histoire d'israel alors de grace changez de sujet et peut etre devriez vous venir passer un moment pres de nous pour vous rendre de compte de la realite ou alors preferez vous restez avec votre antisemitisme latent enfin enore merci a vous monsiur proux 

Jean-Luc Proulx 02/01/2009 19:06

Ah et puis zut, monsieur Gendron, j'ai trop pitié de vous, alors je vous donne d'autres infos, infos qui se trouvent dans le premier lien que j'ai donné plus haut, mais que vous ne lirez pas.
L'antisémitisme mondial
Téhéran, cet empire islamiste, antisémite, anti-américain, anti-démocratique et anti-liberté, détient dans ses prisons un blogueur irano-canadien, ce qui constitue un crime qui bafoue sans vergogne la liberté d’expression. Comparativement aux geôles iraniennes où la journaliste irano-canadienne Zahra Kazemi a été violée et battue à mort en 2003, la prison américaine de Guantanamo est un hôtel quatre étoiles. Où sont l’ONU, le Plateau, la gau-gauche, les zartisss et les militants des droits de la personne pour dénoncer cet emprisonnement illégal et arbitraire, hein? Nulle part! Par contre, il est tout à fait logique pour eux de cracher sur Israël, la seule véritable démocratie et le seul véritable État de droit de tout le Proche et Moyen-Orient. Pourquoi? Parce que nous vivons à une époque où il est tout à fait normal d’être antisémite, du moment qu’on ne prononce pas le mot fatidique, soit «Juif». Cet antisémitisme ne fait que protéger l’islamisme et est deux fois plus hypocrite et deux fois plus dangereux que l’antisémitisme de l’Allemagne nazie, parce que le nazisme est une idéologie athée, mais pas l’islamisme, sans compter que les musulmans fraternisaient déjà avec Hitler pendant l’Holocauste, et ce, en toute connaissance de cause.C’est le militant pro-palestinien engagé, qui apporte son soutien indéfectible à la cause palestinienne contre Israël, tout en refusant d’aller au fond des choses, qui peut se révéler être un antisémite qui plaint les pauvres petits Palestiniens uniquement pour pouvoir cracher sur Israël. Ce texte ne s’adresse ni aux naïfs, ni aux ignorants ni aux extra-terrestres. À partir du moment où vous réagissez plus ou moins positivement, qui plus est, en reconnaissant avoir tiré quelques enseignements, vous devez donner à ce texte d’être lavé de tout soupçon d’antisémitisme. Les questions sont posées à tous les pro-palestiniens, que ce soit les naïfs, les ignorants et les inconditionnels. Celui ou celle qui dédaigne d’y répondre, et ce, EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE, parce que son militantisme l’emporte sur son honnêteté intellectuelle est, LUI SEUL OU ELLE SEULE, concerné(e) par la peur de comprendre que son soutien INDÉFECTIBLE à la cause palestinienne contre Israël n’est rien d’autre que l’expression humaniste de son antisémitisme déguisé.Les phrases assassines du genre : «Voilà, c’est toujours le même problème! On peut critiquer la politique de tout gouvernement, sauf le gouvernement israélien» ou encore «N’a-t-on pas le droit d’avoir des opinions contraires à la volonté d’un Juif?», sont révélatrices des ravages que provoque l’antisémitisme. Critiquer Israël est devenu un sport international. Nous avons dépassé le stade du droit pour atteindre celui du délire, et pourtant, vous, chers pro-palestiniens, en redemandez, en vous mettant dans la peau de vrais frustrés dont l’opinion se heurte à la volonté d’un Juif. Pendant ce temps-là, personne ne songe une seule minute à user un tant soit peu de son droit, pourtant incontesté, de critiquer les ennemis d’Israël. Doit-on comprendre qu’un Juif impose sa volonté pour contrarier les opinions? N’est-il pas capable d’avoir une opinion? Serait-ce possible que la technique consiste justement à contrecarrer cette opinion en intentant aux Juifs un procès d’intention découlant d’une volonté de les diaboliser, hein?Bien sûr que vous avez le droit de critiquer, mais rien ne vous interdit d’être objectif! Je vous défie de me citer les propos d’un seul Juif israélien ou pro-israélien qui aurait dit en substance qu’on ne doit pas critiquer la politique du gouvernement israélien. Il serait même amusant de voir mes humbles lecteurs et lectrices répondre aux questions posées dans ce billet avec des arguments objectivables, géopolitiques et historiques, et non pas par l’esquive habituelle disant : «Ah ben voilà, on ne peut pas critiquer le gouvernement israélien!».vendredi 21 novembre 2008Sept questions à un militant pro-palestinienpar Alain LegaretExplique-moi pourquoi tu considères que c’est Israël qui a pris la terre aux Palestiniens, alors que c’est la Jordanie qui occupe 80% de la Palestine?Explique-moi pourquoi tu considères logique que la Palestine soit aux Palestiniens, alors qu’il ne t’est jamais venu à l’esprit que la Judée puisse être aux Juifs? Explique-moi pourquoi, tandis qu’un Arabe peut se promener tranquillement à Tel-Aviv et à Haïfa alors qu’un Juif qui s’égare à Ramallah ou à Shehem (Naplouse) fait l’objet d’un lynchage, c’est Israël que tu accuses d’apartheid?Explique-moi pourquoi tu trouves normal qu’il y ait des Arabes vivant en Israël, mais qu’il t'est impensable qu’un seul Juif puisse vivre dans un État palestinien?Explique-moi pourquoi c’est seulement après qu’Israël ait pris Gaza à l’Égypte et la Judée-Samarie à la Jordanie, que tu as commencé à les appeler «les territoires palestiniens»?Explique-moi pourquoi les Palestiniens n’ont jamais cherché à créer un État dans ces fameux territoires tout le temps qu’ils étaient sous domination arabe?Explique-moi enfin pourquoi tu dédaignes de répondre à ces questions de peur de comprendre que ton soutien indéfectible à la cause palestinienne contre Israël n’est rien d’autre que l’expression humaniste de ton antisémitisme déguisé?Et maintenant, voici un autre article du toujours très pertinent Khaled Asmar dans ce dossier!Point de vue de Khaled Asmar - BeyrouthLes masques tombent : la ligne de démarcation séparant la Syrie et l’Iran de l’Égypte et d’Arabie, passe par Gaza et prend Israël en étauAprès Hassan Nasrallah, la Syrie appelle les Égyptiens à rééditer le coup d’État de juillet 1952mardi 30 décembre 2008 - 13h42, par Khaled Asmar - BeyrouthLes masques sont en train de tomber, l’un après l’autre, laissant apparaitre les détails du scénario dessiné par le Guide de l’axe irano-syrien, l’Ayatollah Ali Khamenaï, et dont la réalisation est confiée à Hassan Nasrallah qui se revendique "soldat dans l’armée de Wilayat Al-Faguih", et à la direction du Hamas. Malheureusement, ce scénario, doté de milliards de dollars investis dans le Hezbollah et le Hamas depuis des années, prend en otage les civils, tantôt Libanais, tantôt Palestiniens, et toujours Israéliens.Les sorties médiatiques du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, les 28 et 29 décembre, appelant les Égyptiens à se mobiliser contre leur régime et pour soutenir Gaza, font partie de ce scénario machiavélique visant à déstabiliser le pouvoir du Caire. Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abou Al-Ghaïth, n’a pas mâché ses mots en considérant les positions de Nasrallah comme «une déclaration de guerre faite à l’Égypte».Aujourd’hui, ce fut le tour du responsable des Relations extérieures du parti chiite qui se prétend libanais, Nawwaf Al-Moussaoui, d’enfoncer le clou. Sur «Al-Manar», Moussaoui a riposté ce matin aux propos d’Abou Al-Ghaïth, estimant que «Hassan Nasrallah exprimait les sentiments de 99% des Égyptiens, alors que Abou Al-Ghaïth n’exprimait que les avis de Condoleezza Rice et Tzipi Livni». Auparavant, le N°2 du Hezbollah, Naïm Qassem, avait crié haut et fort, «à l’attention du monde entier», que «le choix définitif de son parti était celui de la résistance, dans toutes ses formes. Il en va de la résistance armée, mais aussi culturelle, politique, éducative et économique. Une résistance qui continuera à mettre en échec le plan américano-sioniste pour la région». Rappelons que Hassan Nasrallah avait lâché, au détour d’une phrase, que «ce qui se déroule aujourd’hui dans la région était conforme aux ordres du Guide Khamenaï, que Dieu protège»!Pour que le scénario soit complet, et pour que le dernier masque tombe définitivement, le quotidien syrien «Al Watan», propriété de Rami Makhlouf (cousin de Bachar Al-Assad), remet aujourd’hui une nouvelle couche, s’en prenant à l’Égypte et à l’Arabie saoudite, «deux pays qui complotent contre les Palestiniens». «Al Watan» a invité les Égyptiens à «se libérer des comploteurs qui poignardent la cause palestinienne depuis 1948, et à réaliser un coup d’État semblable à celui de juillet 1952 mené contre le roi Farouk».À travers cette mise en scène médiatique, l’axe irano-syrien et ses prolongements libanais (Hezbollah et alliés) et palestiniens (Hamas et Jihad islamique), envoient la population palestinienne de Gaza dans le fournil. Peu leur importe le nombre de tués. Comme le Hezbollah l’avait déjà fait au Liban en 1996 et 2006, les Palestiniens souhaitent - voire pourraient provoquer - des massacres à grande échelle semblables à ceux de Qana, afin de les exploiter et de forcer Israël à cessez-le-feu. Ainsi, après avoir sacrifié des milliers de civils libanais, les metteurs en scène utilisent aujourd’hui les civils palestiniens à Gaza, pour parvenir à leur objectif égyptien. Dans ce jeu macabre, les civils israéliens sont constamment impliqués.Pour l’instant, Israël a réussi à limiter les erreurs et à éviter de toucher massivement des civils (une cinquantaine sur 360 morts selon l’UNRWA). Mais ce sont cinquante morts de trop, qui ont déjà mobilisé les Chiites en Arabie, où des accrochages sont signalés entre les forces de l’ordre et les manifestants. Ils ont également mobilisé au Yémen, où des manifestants ont investi et saccagé le consulat d’Égypte à Aden en guise de protestation contre la politique de Moubarak. Quant aux Égyptiens, ils ont compris les enjeux stratégiques qui les menacent. Les quelques manifestants sont restés très discrets, hier, en observant des sit-in sur les trottoirs. Mais ceci ne les a pas empêché de vomir littéralement Hassan Nasrallah, relayant ainsi la presse égyptienne qui l’a mis à nu et l’a réduit à son strict rôle de «petit soldat (rat) dans l’armée iranienne».Ainsi, le monde arabe a compris, enfin, la vrai nature du Hezbollah. Mais un grand risque subsiste : si, sous la pression de l’opinion publique, Israël arrête ses opérations de «nettoyage» de Gaza, le Hamas s’en sortira grandi, et tous ceux qui l’ont critiqué, avec le Hezbollah et leurs maîtres syriens et iraniens, recevront un «retour de manivelle dans la gueule», et se mettront à la merci de l’hégémonie iranienne. Pour éviter un tel scénario, tous les pays arabes laissent faire Israël mais estiment que le temps lui est compté. C’est ainsi que la ligne de démarcation entre les deux camps risque de s’installer à Gaza, en prolongation de celle qui existe au Liban.Pour éviter de périr entre deux feux, Israël a probablement, et pour la première fois, un intérêt hautement stratégique à rompre son alliance qui ne dit pas son nom avec la minorité alaouite syrienne, et d’éradiquer la direction du Hamas établie à Damas. Faute de quoi, l’hégémonie iranienne l’emportera sur la «Takkiya» alaouite avant de «rayer Israël de la carte». Hassan Nasrallah l’a rappelé hier : «ce ne sera que question de temps».Khaled Asmar

Stéphane Gendron 02/01/2009 23:46


Et moi JL, je peux vous trouver autant de sources anti-arabes, alors vouys voyez que votre dialogue de sourd ne mène à rien. Moi, je veux qu'Israël existe, et qu'elle co-existe avec la Palestine -
comme le Québec le fait avec le Canada, sans heurt. C'est possible avec de la volonté. Je ne comprends pas votre entêtement. Je suis persuadé que nous sommes sur la même longueur d'ondes au fond.
Ce n'est pas nécessaire d'avoir pitié de moi, je m'aime trop pour cela. Stéphane


Jean-Luc Proulx 02/01/2009 18:59

Monsieur Gendron, voilà vos tire-pois :
La roquette Qassam (ou Kassam) est une roquette artisanale remplie d'explosifs. Cette arme est essentiellement utilisée par des groupes palestiniens contre le territoire israélien.(source : Wikipédia)
Avant que les médias se soient intéressés à la Bande de Gaza, la ville de Sdérot, du Néguev occidental près de la Bande de Gaza, était la cible de tirs de roquettes Qassam par le Hamas.Après une accalmie relative, Sdérot a été la cible de tirs de roquettes et de mortiers beaucoup plus précis de la part du Hamas. Près de 56% des habitants de Sdérot ont été touchés ou ont eu une commotion cérébrale par le biais d’une roquette Qassam et près de 87% des enfants âgés de 12 à 14 ans souffrent de troubles post-traumatiques.Faites un p’tit geste! Signez cette pétition et pensez à tous ces enfants d’Israël qui ne dorment plus et qui ont des séquelles graves! Personnellement, j'ai signé la pétition. On a souvent tendance à oublier que les Juifs ont vécu dans la Palestine historique bien avant les musulmans avant d'y être expulsés par les Romains et qu'il n'y a pas que les pauvres Palestiniens qui souffrent de ce conflit qui perdure depuis 1948. Il y a aussi les Israéliens et eux-aussi ont le droit à la paix, à leurs terres et à leurs maisons.Pour le reste, lisez le lien de mon premier commentaire!

Stéphane Gendron 02/01/2009 23:49


Wikipédia !!! Voulez-vous rire. Mais quelle source académique sérieuse... Wikipédia. Moi aussi je peux m'ériger en encyclopédie vivante. Me croirez-vous ? N'empêche que la roquette est un
tire-pois, et je le maintien. Comparé aux drôme Israélien et aux bombes à fragmentation qu'ils ont utilisé d'ailleurs dans le conflit avec le sud du Liban, vous n'avez pas grande crédibilité avec
vos arguments!


Jean-Luc Proulx 02/01/2009 07:16

Monsieur Gendron, des roquettes Qassam sont des tires-pois pour vous? Vous ignorez tout du massacre qu'il y a eu en décembre à Sdérot, vous, ça paraît. Quoique, ce n'est pas surprenant, puisque nos charmants médias sont pro-Hamas et pro-Hezbollah. L'ONU aussi, d'ailleurs. La même ONU qui a les mains tachées du sang des Tutsis tués au Rwanda en 1994.Avez-vous lu le lien que j'ai mis dans mon précédent commentaire?

Stéphane Gendron 02/01/2009 13:33


Oui, j'insiste : des tire-pois. De quel MASSACRE parlez-vous ? De ceux des Israéliens au Liban ou dans la bande de Gaza. Le gouvernement d'Israël commet des crimes contre l'humanité et n'est même
pas foutu d'être plus sage que le Hamas qui prend sa population en otage. Des bandes d'imbéciles des deux côtés, et pendant ce temps - avec le laxisme de l'Occident, les Palestieniens en sont les
victimes.


michael laughrea 02/01/2009 03:56

Rappel utile: le territoire israélien se rétrécit continuellement depuis 30 ans.1) Abandon du Sinai à l'Egypte en 1979.  Par ce geste, Israel renoncait à 90 % des territoires occupés.2) Abandon du Sud-Liban en 2000.3) Abandon de Gaza en 2005.  Par ce geste, Israel renoncait à 91 % des territoires occupés en 1967.Ces gestes de paix ont donné à Israel les r"fruits" suivants:1) Retrait du Liban en 2000: Arafat déclenchement la 2e intifada quelques mois plus tard.2) Retrait de Gaza: lancement de plus de 3000 roquettes sur le territoire accordé à israel par l'ONU en 1947.En somme, tout retrait israélien est interprété par le leadership palestinien en place comme une démonstration de faiblesse et un encouragement à encore plus de violence du côté palestinien.Après de telles récompenses pour les retraits du Liban et de Gaza, vous imaginez bien que la dernière chose qu'Israel va faire, c'est se retirer de Judée-Samarie complètement.  Cela serait interprété comme une faiblesse totale et les actes d'agression palestinienne ne ferait alors qu'augmenter, si le leadership palestinien ne change pas de mentalité.