Le décrochage scolaire et les Parents

Publié le par Stéphane Gendron

Depuis hier, on fait grand état du décrochage scolaire au Québec. De 20% qu’il était au niveau secondaire en 2000, le taux est passé à 29% l’an dernier sous l’administration libérale de Jean Charest. Cette problématique est-elle comparable ailleurs au Canada? Là n’est pas la question. Ces statistiques représentent un drame national en soi, et ce peu importe le facteur comparatif.


À qui la faute? On a beau pointer du doigt le Premier Ministre Charest ou la Ministre de l’Éducation Michelle Courchesne, là n’est pas le fond du problème. On peut les blâmer de nous avoir promis et de ne pas avoir livré la marchandise. Mais au-delà de l’éternelle démagogie politicienne, il faut soulever le voile sur ce mal profond qui affecte en grande partie notre population scolaire masculine. L’école québécoise est malade. Tout le monde le sait : manque de ressources périphériques, détérioration des infrastructures, réforme académique boiteuse, disparition du sentiment d’appartenance et démission parentale. On aura beau investir des milliards supplémentaires dans le réseau public, tant et aussi longtemps que les parents auront démissionné de leur vocation, rien ne changera.


Durant la campagne électorale américaine, Barack Obama avait fait preuve de courage en mentionnant que les parents devront cesser de stationner leurs enfants devant le téléviseur ou les jeux vidéos. Qu’ils devraient accompagner leurs enfants dans les devoirs et l’acquisition des connaissances. Voilà une solution simple, efficace mais qui demande un effort gigantesque pour notre société actuelle basée sur l’individualisme. Notre société a oublié qu’élever un enfant dans le sens noble du terme peut s’étaler sur toute une vie. On a beau être issu d’un milieu riche ou pauvre, la gangrène de l’individualisme ronge toutes les couches de la société.


Il n’y a pas si longtemps, les bonzes de l’Éducation riaient à gorges déployées de l’approche de Mario Dumont qui voulait restaurer le vouvoiement et le respect dans les écoles. Approche clichée qui valait pourtant mille mots et mille discours sur la réforme de l’éducation. L’élève n’est pas l’ami du professeur, et l’encadrement doit faire parti intégrante du système scolaire. Il n’y a pas de honte à véhiculer des valeurs d’excellence et de dépassement de soi. Il n’y a pas de honte à imposer le respect et la politesse. Il n’y a pas de honte à se doter d’un code vestimentaire. Il n’y a pas de honte à gérer une école publique à la manière du privé. Il n’y a pas de honte à valoriser la tâche de l’enseignant et cesser de le dénigrer au moindre passage.


Combiné à la baisse de la population à venir et le retrait des boomers de la vie active, le décrochage de nos jeunes ne sera qu’un élément de plus dans la catastrophe économique et sociale qui nous guette d’ici les dix prochaines années. Ainsi, nous aurons une génération sacrifiée, incapable de s’exprimer dans un français convenable, incapable d’articuler une pensée adéquate, et complètement déconnectée des besoins du marché du travail en constante mutation. Alors, ce sera la crise à plusieurs niveaux. Il est primordial de faire un examen de nos valeurs parentales et de raccrocher auprès de nos enfants. À défaut, ces jeunes d’aujourd’hui – devenus un peu plus vieux - regarderont leurs parents et leur diront : Aye man – t’étas où quand j’avais besoin de toé?

 


Stéphane Gendron


 

Publié dans huntingdon

Commenter cet article

Barbo 05/03/2009 18:05

Comme j'ai dit dans un autre article,il est temps de faire quelque chose et d'arreté de ce plaindre,j'étais etudiant il ny a pas si longtemp (environ 10 mois) au publique et ce fut un blague totale,moi j'avais des probleme d'aprentissage(souvent,trop souvent je m'evadais dans mon imagination)mes parent et moi on en a fait part pour que je sois dans une classe plus calme pour ne pas etre distrait maisp eut importe ou ils me mettait les eleve etais irespectueux envers les profs et les autre eleves ils les traitent comme ils traitent  les ''rejet'' souvent meme j'ai vu des profs quitté car ils n'étais plus capable de supporté ca, il y a un grand laissé allez tu coté des parent et de l'éducation,faut que sa change ,meme mon petit frere a de la misere a garder le rythme et c'est quelqu'un de tres brillant mais la ils fait jamais ces devoir (probleme du coté parental pour sa puisque je ne les entend pas punir mon frere ou l'obligé a faire ces devoir,et coté de l'ecole puisque il n'a jamais eu de conséquence de se coté la)j'ai pas vraiment hate de voir se que sa va donné dans les année future....

S. Dumoulin 15/02/2009 15:35

À une ensegnante blasée,Je vous comprend madame.  J'ai abandonné le domaine de l'éducation suite à mon deuxième practicum.  Ce n'est pas par manque de courage, mais par ce que je me suis aperçu que je ne pouvais pas faire de différence et que même si j'en avait eu la force, le prix à payer s'avérait trop élevé.  Je préfère faire la discipline aux criminels que de me frotter aux petits caids de 12 ans.Un petit truc en passant.  Je plaçais les élèves (sec 4et 5) suivante:un malfras-un joueur de footballun décrotteux de nez- un joueur de hockeyun mutant-le plus gros des joueurs de footballun poteux-un studieuxMes meilleurs élèves, je les plaçaient en avant pour m'assurer qu'il ne manqueraient rien.Dans mon cas cela a marché.  Ce sont mes petits athlètes qui faisaient la discipline.Vous me semblez courageuse, ne lâchez pas

Carol Tremblay 15/02/2009 14:46


CORRECTION DE L’AUTEUR DU VENA VIDI
Réponse à S. Dumoulin
(

)

À Chucky Beaulieu, Avant de faire la leçon aux autres, l'expression se lit comme suit: ''Veni Vidi Vici'' (Je suis venu, j'ai vu et j'ai vaincu) Je vois que tu aurais peut-être été mieux de dépenser ton argent ailleurs que dans une éducation Kébékouaise mon cher Chucky. Finalement, cesse tes pourriels concernant le site merdique de DÉMYSTIFICATION. C'est fatiguant à la fin...
Commentaire n° 28 posté par S. Dumoulin hier à 03h58

Æ

Ce n’est pas notre camarade Charlie qui a écrit la fausse locution latine, mais moi. J’ai aussi mis une vraie réplique d’un vrai roman classique d’un auteur très connu en donnant le nom d’un autre auteur connu, et personne ne s’en ait rendu compte. Ce qui est amusant, c’est que Charlie nous parle toujours de sa maîtrise. Vous êtes le premier à relever l’erreur voulue. J’ai imité une locution latine pour l’amusement. Charlie a suffisamment de péchés sur la conscience qu’il n’a pas besoin des péchés des autres.
 
En ce qui concerne le site qu’il aime détester, cela prouve que Charlie est masochiste pour lire un blogue qu’il n’aime pas. Peut-être qu’il va être plus instruit en le lisant encore plus?
 
Mais pour le citer en ce qui concerne votre demande, voici ce qu’il vous répondrait certainement:

Í

L'air soudainement attristé, le Survenant regarda ailleurs et marmonna: - Faut jamais mépriser ce qu'on comprend pas. Peut-être qu'avec tout le reste, ce rien-que-ça, i y en a qui peuvent pas l'avoir" - Germaine Guèvremont, Le Survenant, extrait du chapitre 15
Commentaire n° 10 posté par Charles Beaulieu le 06/02/2009 à 07h51

Dans la discussion posté le
Mercredi 4 février 2009


La Plotte à Charest ?

ƒ

Carol, toujours heureux de remettre les montres à l’heure.

Y. Taupier 14/02/2009 23:12

no 26 enseignante blasée.....Les directeurs d'écoles ne vous appuient pas....ils ne veulent pas ternir leur  (image de l'école)                                     IMAGEmais la SECTE CATHOLIQUE fait de même, car elle transfère ses pédophiles québécois en FRANCE,  où ils continuent d'agresser les enfants tant que les autorités françaises ne les arrêtent...et tout cela pour ne pas ternir leur                                     IMAGEet comme nous avons un SYSTÈME JUDICIAIRE qui paie les frais juridiques de la vermine, nous ne sommes pas sortis de l'auberge. =SÉPULCRES BLANCHIS!

Y. Taupier 14/02/2009 23:06

JEAN LESPÉRANCE...ça prendrait des parents comme STÉPHANE GENDRON et des personnes de son calibre en quantité industrielle, cependant notre argent est dépensé sur de l'incompétence mur à mur avec nos ÉLUS et les mains de DIEU dans notre portefeuille...Nous tournons toujours en rond avec de l'ERGOTERIE.....Nous manquons de philanthropes.....Les VIKINGS ont disparu à cause de la SECTE CATHOLIQUE et nous sommes encore deux pas en arrière des autres à cause de cette SECTE amie et ennemie.  De plus nous avons trop d'avocats voraces dans notre SOCIÉTÉ corrompue.