Un cas de santé mentale

Publié le par Stéphane Gendron

Mario Morin, un membre de Fathers for Justice dans la région de Montréal a menacé de mort trois employés de la Direction de la Protection de la Jeunesse. Morin a passé 7 des 8 dernières années derrière les barreaux. Il veut revoir sa fille. On ne connaît pas le détail de cette triste histoire, mais une chose est évidente, le pauvre type souffre d'un problème de santé mentale, c'est évident.

Son idole est Marc Lépine, le tueur de la Polytechnique.

Il est clair que l'homme passera bientôt aux actes. Contre lui-même ou contre des tiers.

Pour lire l'article du quotidien La Presse, cliquez ici.

La détresse des hommes existent. Malheureusement, les autorités n'ont pas cru bon développer un plan d'action en ce sens au niveau du soutien et de la santé publique. Sans vouloir enlever quoi que ce soit au réseau des femmes, rien n'empêche de développer un réseau de ressources similaires pour les hommes. Dans ce cas précis, comme ce fut le cas pour les femmes, il ne s'agit pas d'une dépense, mais bien d'un service essentiel pour une société qui se dit civilisée.

Où se cache la Ministre Christine St-Pierre sur ce sujet?

Stéphane Gendron


Publié dans huntingdon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carol Tremblay 17/03/2009 20:08


RÉPONSE À MA YVETTE QUI N’A PAS SU COMMENT GARDER SON HOMME
 

(

Au lieu de baser l'union de deux êtres sur l'illusion, comme le font les sectes religieuses, pour mieux engranger, les jeunes devraient être avertis des écueils que représentent une vie.
Les ruptures devraient se faire dans l'harmonie, pour ne pas hypothéquer les enfants et les parents. Le respect de l'autre devrait toujours être là. C'est probablement là que le bât blesse.
Commentaire n° 10 posté par Y. Taupier hier à 23h38

)

Ma chérie d’amour,
L’épidémie de suicides, la violence gratuite, la délinquance galopante et tous les maux de notre société sont justement causés par votre religion sans-Dieu humaniste, pas par la religion catholique ou la religion tout court, comme vous semblez vouloir nous faire croire. Depuis que René Lévesque, ministre de la Famille dans le gouvernement contre la famille de Lesage, a parlé devant la fédération des folles du Kébec - il fut le premier invité à palabrer devant les poules acéphales - nous en subissons les conséquences. En Kébec, si une femme accouche de trois enfants - ce qui est rare - les enfants ont de grandes chances d’avoir des pères différents, quand ce n’est pas des mères différentes, avec nos politiciens fous qui attaquent sans vergogne la famille. Si vous étiez plus au courant des vraies choses, vous sauriez que les gens qui pratiquent leur religion sont plus heureux que les innocents qui se prennent pour des dieux et qui mènent des vies étriquées.
Habituellement, dans les endroits de rencontre, nous voyons attablées des femmes divorcées qui cherchent le prince charmant. C’est qu’elles se prennent pour des princesses. Elles ont déjà passé à travers plusieurs amants et sont incapables d’une relation stable, étant elles-mêmes instables. Pourtant, la cour lui a donné la maison, la garde des enfants et son statu de mère monodéraillée qu’elle va afficher comme si c’était une vertu.
With love,
Carol

Jean Lespérance 17/03/2009 14:30

Toutes les thérapies du monde n'annulent pas les jugements de cours imbéciles, discriminatoires. On peut amoindrir les effets, mais les effets restent là et se font sentir longtemps.

Y. Taupier 16/03/2009 23:38

Quel beau monde de fous en effet!   L'AMOUR, ce sentiment qui s'effrite..... ne devrait pas être si coûteux en émotions et argent!Au lieu de baser l'union de deux êtres sur l'illusion, comme le font les sectes religieuses, pour mieux engranger, les jeunes devraient être avertis des écueils que représentent une vie.Les ruptures devraient se faire dans l'harmonie, pour ne pas hypothéquer les enfants et les parents.  Le respect de l'autre devrait toujours être là.  C'est probablement là que le bât blesse.

Jocelyne 16/03/2009 21:40

Il est évident qu'il faut admettre qu'il n'y a pas beaucoup de ressources pour les hommes qui éprouvent des difficultés suite à une séparation ou/divorce et qui sont privés de voir leurs enfants.Je ne comprends pas et je me demande pourquoi les CLSC n'ont pas déjà un service pour cette clientèle. Après tout, ces Centres locaux de services communautaires devraient s'adresser à tous les problèmes de notre société ...Les travailleurs sociaux qui y travaillent ont une formation assez solide pour organiser des réunions de groupes et de thérapie individuelle. Alors, un p'tit effort les p'tits zamis du gouvernement et regardez la réalité en face ...

R. Boisvert 16/03/2009 01:49

Le signe qu'il y a de plus en plus d'hommes en détresse ne devrait pas encore ignoré. Il ne faut surtout pas se faire d'illusions: on vit belle et bien dans une société hyper-matriarcale. M. Gendron, à titre d'ex-avocat et à titre de commentateur juridique, vous savez très bien qu'en cour, le père est un citoyen de seconde classe. Cette façon automatisé de donner raison à la femme dans la plupart des cas de dispute parentale dérange beaucoup le sexe opposé. En parlant de l'égalité des sexes, c'est carrément un nouveau temps oû les hommes doivent se battre pour leur droit à l'égalité.