La Réjence et les Dynasties

Publié le par Stéphane Gendron

Les dynasties politiques, à l'image des familles royales européennes, ont toujours existé et fasciné. Au pays de la République américaine, nous en avons eu très tôt : John Adams (2è Président) et son fils John Quincy Adams (6è Président). Puis, les Kennedy (Père et les 2 fils) et les Bush (le Père et les 2 Frères).

Au Canada, nous avons les Taschereau et les Mercier à la fin XIXè et début XXè. Puis ce fut les Trudeau. Voir absolument à ce sujet l'opinion audio-visuelle d'Alain Dubuc sous le titre "Le Fils à Papa." Un bijou. Cliquez ici.

En ce qui concerne le fils de Bhutto à la succession de sa mère, cette nouvelle le désignant chef du PPP a de quoi nous laisser songeur. Si cette personne devait être élue Premier Ministre, de quelle expérience bénéficierait-il ? Cette situation est pire que Mario Dumont Premier Ministre demain matin. On a beau être le fils "de ...", on ne s'improvise pas chef d'une démocratie de 160 millions d'habitants à 19 ans, qui de plus détient l'arme nucléaire. Le père viendra donc au pouvoir avec celui d'assurer la Régence, comme on le faisait au temps de la monarchie européenne. En temps de guerre et de troubles, une Régence est rarement la solution appropriée.

La frénésie est allé beaucoup trop loin. Lire cette histoire sur Le Figaro en cliquant ici.

Le site internet du PPP, cliquez ici.

Bonne Année 2008 à tous !

Stéphane Gendron

Bilawal Bhutto Zardari est le premier, à gauche. Futur Premier Ministre ?

 














Publié dans huntingdon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nabil Ouazzani 02/01/2008 19:09

J'ai parlé de ce point avant de lire votre article dans un commentaire.
Il est possible que puisque le temps est serré avant les élections, le parti voulait garder les fidèles à la famille. C'est drôle quand même.

Eric Mathieu 31/12/2007 19:38

Pour faire suite à mon premier commentaire, j'attire votre attention sur le fait que les pays limitrophes au Pakistan sont l'Afghanistan, la Chine, l'Inde et l'Iran. Personnellement, j'aimerais pas avoir ces pays-là comme voisin. Les relations seraient trop explosive c'est le cas de le dire... Surtout, que trois d'entre-eux possèdent la bombe atomique.

Éric Mathieu 31/12/2007 19:26

Erratum !
160 millions d\\\'habitants c\\\'est plus réaliste !
Bonne Année 2008 à tous
 

Éric Mathieu 31/12/2007 17:55

À mon avis, la situation est loin de s’améliorer au Pakistan. Elle est même inquiétante. Ma première réaction lorsque j’ai entendu la nomination du jeune Bilawal Bhutto Zardari comme chef du PPP, je me suis dit : « Pauvre jeune homme, il ne sait probablement pas dans quel bateau, il sait fait embarquer ». Un lourd héritage!

 

Tout d’abord, à 19 ans, je doute fortement qu’il a assez d’expériences de vie et toutes les connaissances nécessaires pour gouverner un pays de 160 habitants dont 1 % de la population ferait la file pour l’assassiné. En second lieu, je vois d’un mauvais œil le fait que son père, Asif Ali Zardari agisse à titre de régent. En fait, lorsque cet homme était ministre de l’Environnement sous la présidence de sa femme Benazir Bhutto, il avait un penchant pour les petites enveloppes brunes. D’ailleurs, on le surnommait «  Monsieur dix pourcents » sait pas pour rien. Et, je doute que son petit séjour de huit ans en prison pour corruption et pour meurtre, a fait de lui un homme nouveau. Surtout, que les circonstances de sa libération sont nébuleuses. Bref, à la long terme, ça peut nuire à la crédibilité de son fils et créer la zizanie dans le parti.

Gaëtan-Daniel Drolet 31/12/2007 09:14

Malgré la distance, il y a des liens à faire entre ces dynastie et les nôtres. Même si cela peut nous sembler irresponsable de mettre un enfant au pouvoir, je trouves assez intéressante l'idée. C'est une forme de mentorat déjà tenté par la famille Trudeau mais sans succès, peut-être à cause de la jalousie intestine qui nous habite encore... Ce qui m'apparaît, c'est que l'insignifiance évidente de l'enfant pousse l'électorat à réfléchir sur les rouages derrières et les différentes influences ET ÇA MANQUE AU QUÉBEC car peut-être apprenderions-nous à protéger nos politiciens au lieu de les trainer sur la place publique. Nous pouvons prendre votre exemple M.Gendron mais je citerais celui de Laure Variedel de Greenpeace avec son «Acheter c'est voter» ou encore Fred Pellerin qui sont tout deux de grands rassembleurs mais qui n'oseront jamais se lancer en politique par peur. Si nous pouvions réussir à protéger, ces grandes âmes des tergiversations futiles de nos médias, ils seraient alors confortable pour croître et se développer. Nous pourrions aussi citer Françoise David... et la liste est longue. M'enfin! je crois que nous avons choisis l'option du moulin à paroles plutôt que celle du mouin à vent générateur de courant...